02/ FAIRE PLACE AU PIÉTON : Le bon levier pour relancer la dynamique commerciale des cœurs de ville ? / COLLECTION #RÉSILIENCES AGURAM

Concurrence avec de nouvelles centralités périurbaines, évolution des modes de consommation, perte de population, etc. : de nombreux centres-villes font face à un phénomène de dévitalisation. Dans l’imaginaire collectif, le centre-ville est bien souvent représenté par des zones piétonnes. La piétonisation pour redynamiser les cœurs des villes moyennes et centres-bourgs : une recette qui marche toujours ? Quels enjeux ? Quelles réalités de terrain ?

La crise du Covid-19 montre les atouts sanitaires des rues piétonnes. Entre la distanciation physique et les files d’attente devant les magasins, les trottoirs paraissent tout à coup sous-dimensionnés. En offrant aux modes actifs la totalité de l’espace de la rue, il peut devenir un espace d’attente pour les clients.

S’il est admis que les rues piétonnes ont un impact positif sur la dynamique commerciale (notamment pour le commerce de proximité), d’autres enjeux pèsent dans la balance : qualité du cadre de vie, mise en valeur du patrimoine et animation culturelle, vocation touristique, etc.

La rue du Jeu-des-Enfants à Strasbourg était un couloir de circulation pour les automobilistes, où la vacance commerciale faisait partie du paysage. Piétonisée en 2017, elle joue désormais la prolongation du centre-ville. Fresques murales, pavés colorés, aire de jeu et potagers… Habitants et bénévoles se sont impliqués dans sa transformation éclaire, à l’initiative et avec le financement des commerçants.

La diversification de l’offre commerciale et les mobilités sont effectivement les leviers principaux de la redynamisation, mais ils impliquent une réflexion et une stratégie plus larges. Le centre-ville doit être attractif et accessible à tous, favoriser les promenades et les interactions. Créer une zone piétonne, ce n’est pas uniquement retirer les voitures d’une rue. Il faut penser stationnement, espace public ou encore parcours piétons. Et comme il n’existe pas une manière unique de (re)penser un centre-ville, ce type de projet demande une étude au cas par cas. Les méthodes qui font leurs preuves dans une métropole ne seront pas forcément applicables et efficaces dans une ville moyenne, qui part souvent avec un handicap supplémentaire en termes d’attractivité.


#résiliencesAGURAM

La crise sanitaire remet en question de nombreuses certitudes et semble accélérer certaines transitions. Elle exacerbe les problématiques d’aménagement du territoire et appelle à imaginer, dès aujourd’hui, les modes et cadres de vie de demain.

Les Résiliences AGURAM, ce que la crise nous dit de nos territoires présentent une série d’analyses et de réflexions « à chaud » de l’Agence d’urbanisme d’agglomérations de Moselle. Elles sont faites de beaucoup d’observations et d’interrogations et n’ont pas la prétention d’être exhaustives. Ce sont des pistes à destination des élus, techniciens et partenaires des collectivités, associations, citoyens, etc. pour vivre (mieux) ensemble, et sans attendre, puisque l’on ne saurait reprendre les choses telles qu’on les a laissées…

> Le n°01 est consacré à l’urbanisme tactique
> Le n°03 aux 1ers impacts économiques de la crise sur nos territoires


Mots clés : , , , , , , , , , , ,

03 87 21 99 00

Immeuble Ecotech
3 rue Marconi
57070 METZ

contact@aguram.org