PLANIFIER LES MOBILITÉS : NOUVEAUX DÉFIS, NOUVEAUX OUTILS

Cadre de réflexion global sur les changements engendrés par la Loi d’orientation des mobilités (LOM) ; recommandations sur sa mise en œuvre pour favoriser des politiques de mobilités innovantes ; outils et méthodes territorialisés, mobilisables par les équipes qui mettront en œuvre les compétences d’Autorités organisatrices des mobilités, sont au programme de ce dossier. L’Agence de la transition écologique (Ademe) et la Fédération nationale des agences d’urbanisme (Fnau), ont unis leurs compétences et leurs réseaux pour montrer la diversité des leviers que peuvent mobiliser les acteurs locaux en faveur d’une planification durable de la mobilité.

Ce dossier s’appuie sur une multiplicité de témoignages d’acteurs publics et sur des démarches concrètes mises en œuvre dans les territoires, notamment par les agences d’urbanisme. Pour en faciliter sa prise en main, il se structure autour de 4 grands chapitres :

  • Le 1er présente les enjeux de la loi d’orientation des mobilités. La loi impacte toutes les échelles de gouvernance de la mobilité. De la Région à la commune, les élus et acteurs publics se repositionnent pour répondre aux enjeux de cette loi qui vise à replacer l’usager au cœur des politiques publiques et à offrir des solutions alternatives à la dépendance de la voiture.
  • Le 2e porte sur les échelles de gouvernance et les outils de planification. De la région à l’intercommunalité, les collectivités ont des outils de planification pour organiser les mobilités. Ces documents s’accompagnent de gouvernances spécifiques mais également d’initiatives pour construire des actions et politiques de mobilités adaptées aux territoires.
  • Le 3e chapitre identifie les leviers mobilisables pour accompagner les nouveaux défis de la mobilité contemporaine. Les solutions pour favoriser une mobilité centrée sur l’usager et répondant aux enjeux spécifiques du territoire sont multiples. Elles passent par des offres dédiées aux usagers, des infrastructures pour favoriser les modes actifs ou encore des dispositifs pour réguler ou gérer l’usage de la voiture. Enfin pour accompagner les collectivités et futurs AOM dans leurs choix, des observatoires et enquêtes sont développés par les agences et leurs partenaires.
  • Le 4e chapitre explore ce pourrait être la mobilité demain. La majorité des mobilités restent dans les modes classiques : voiture, transports collectifs, vélo et marche mais dont les usages se transforment avec l’essor des services de partage, la digitalisation, l’affirmation d’une mobilité de services (Mobility as a Service) plutôt que d’infrastructures. La crise de la Covid-19 a changé les pratiques en massifiant le télétravail, réduisant les mouvements et distances, questionnant la résilience de nos modèles. Anticiper les formes de mobilité de demain est aujourd’hui un enjeu pour les politiques locales.

Les contributions AGURAM pour ce dossier :

  • En page 17, un article consacré à la prise en compte de la mobilité transfrontalière dans le Sraddet (Grand Est territoires), co-signé avec l’Agence d’urbanisme et de développement durable lorraine nord (Agape) ;
  • En page 20, un article consacré à la valorisation et à la (re)composition des espaces autour des gares du SCoT de la métropole messine ;
  • En page 32, un article intitulé “Et si la planification de la mobilité était aussi hors planification ?”

Lire la publication

Mots clés : , , , , , , , , ,

03 87 21 99 00

Immeuble Ecotech
3 rue Marconi
57070 METZ

contact@aguram.org